Family Office, spécialiste en allocation d'actifs, au service
du dirigeant d'enterprise

Allocation d'Actifs

La performance d'un portefeuille dépend :

L'allocation d'actifs consiste à répartir le portefeuille entre les classes d'actifs (actions, obligations, gestion alternative, monétaire/actif en euros, commodités et private equity). A chaque classe d'actif est attaché un niveau de risque. L'allocation d'actifs doit être adaptée au profil de chaque client et à un environnement économique et financier donné. Par exemple, une forte allocation en obligations en 1994 se serait avérée désastreuse quelque soit le gérant et les titres choisis.

A l'intérieur d'une même classe, l'allocation en sous-classes est également importante : par exemple, actions européennes, américaines ou émergentes, secteur bancaire, technologique ou pharmaceutique..., grandes capitalisations ou petites capitalisations (plus de croissance mais moins de liquidité)...

Une allocation d'actifs doit évoluer en fonction des anticipations d'évolution de l'environnement : beaucoup de portefeuilles avaient 95% d'actions en 2000, dont 80% de valeurs technologiques, lorsque le Nasdaq frôlait les 5300 points (au 7 Novembre 2012 = 2612 points).

Pour une allocation d'actifs adaptée à l'environnement, il faut une expertise internationale dans toutes les classes d'actifs, des convictions fortes, aucun conflit d'intérêts (c'est-à-dire que la rémunération du conseiller ne soit pas affectée par la composition du portefeuille) et aucune affection particulière pour une classe ou pour une autre.

Une allocation d'actifs se construit avant tout sur un socle de fondamentaux avec des marges de manœuvre pour se protéger contre ou tirer avantage des émotions et/ou de la fiscalisation temporaire des marchés.